Bechala'h - La dépouille de Yossef et le désert

La dépouille de Yossef et le désert

(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 26, page 85)

Les versets Bechala”h 13, 18-19 disent que : «D.ieu fit faire un détour au peuple par le désert de la mer Rouge et les enfants d'Israël montèrent armés du pays de l'Egypte. Et, Moché prit les ossements de Yossef avec lui, car jurer, celui-ci avait fait jurer les enfants d’Israël en ces termes : souvenir, D.ieu se souviendra de vous et vous ferez monter mes ossements d’ici avec vous».

La Torah décrit la sortie d'Egypte et la traversée du désert. Et, elle précise, à ce sujet, que les enfants d’Israël emportèrent avec eux le cercueil de Yossef (1). Pourtant, le verset emploie, en l'occurrence, un terme qui semble bien peu adapté au corps saint de Yossef, le Tsaddik. Il parle, en effet de ses : «ossements», ce qui semble bien peu respectueux. En outre, pourquoi la mention des ossements de Yossef figure-t-elle à proximité de la description de la traversée du désert (2) ?


Le désert est, matériellement, un lieu désolé et aride, à l’ombre de la mort. Mais, les enfants d’Israël traversèrent, en outre le désert spirituel, particulièrement redoutable, lieu de sécheresse morale, dépourvu de toute eau vive (3), ne possédant pas de vitalité divine (4).

Pour être en mesure de traverser ce désert redoutable, pour surmonter les difficultés et les chutes morales, avec tous les pièges qui y sont tendus, les enfants d’Israël devaient se trouver à proximité des «ossements» de Yossef, notamment de son os de Louz (5), qui leur permettait d’effectuer avec succès ce voyage à travers le terrible désert.


Les enfants d’Israël se déplacent à travers le désert des nations (6). Là, ils sont exposés à de terribles dangers spirituels. Ils doivent donc être accompagnés par les ossements de Yossef, par l’immense force de celui qui rapproche les cœurs, sans tenir compte de la moindre contingence, en manifestant sa proximité à ceux dont la vie spirituelle est en danger, en mettant en éveil la parcelle de sainteté qui est dissimulée en leur âme (7).


Il faut accomplir tout cela, le cas échéant au sacrifice de sa propre élévation morale (8). Il est nécessaire de faire le don de sa propre personne.


(1) Qui le suivit dans le périple du désert.

(2) En d’autres termes, comment peut-on rapprocher ces deux notions.

(3) Et, nos Sages disent que : «il n’est d’eau que la Torah».

(4) Laquelle se dissimule au sein des forces du mal qui sont représentées par le désert.

(5) À partir duquel le corps sera reconstruit, lors de la résurrection, la vertèbre la plus haute, selon un avis, la plus basse, selon un autre avis.

(6) Expression qui désigne le présent exil.

(7) En étant leur «Yossef»

(8) Car, l'exil est une période de danger et il est nécessaire d’agir en conséquence.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Une brique spirituelle (Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 6, page 13) Le verset Chemot 1, 14 dit que : «ils (1) rendirent leur vie amère, par un dur labeur, avec du mortier, des briques et tous

Comprendre et ressentir (Discours du Rabbi, Likouteï Si'hot, tome 3, page 854) Le verset Vaéra 6, 2 dit : «Je Me suis révélé à Avraham, à Its’hak et à Yaakov en tant que El Chadaï, mais Mon Nom Avaya,