Toldot - Donner et donner encore

Donner et donner encore (Discours du Rabbi, Likoutei Si 'hot, fome 10, page 80)


Le verset Toledot 27, 28 dit : "Et, D.ieu te donnera (1) la rosée du ciel et les mets de la terre, le blé abondant et la vigne". Et, Rachi explique, à ce propos : "Et, Il te donnera : Il te donnera et te donnera encore (2)".


Or, on peut s'interroger sur cette interprétation de Rachi : "Il te donnera et te donnera encore" : quelle est la signification de ce double don ? Est-ce à dire que le premier don de Dieu est entaché par le manque, ce qui en rend nécessaire un second? Quel est donc l'apport de ce second don par rapport au premier ?

L'explication est donc la suivante. Il y a deux formes d'influence divine et donc deux manières de la recevoir et de la mettre à contribution, en son service de D.ieu. La première, "Il te donnera" est une bénédiction, un apport spirituel que Dieu accorde, sans le moindre manque (3). Néanmoins, celui qui le reçoit conserve ses propres limites (4) et il ne parvient pas à s'en départir, à la manière du Tsaddik, qui sert D.ieu de façon parfaite, pas à pas, au sein de la mesure (5).

Le second don, "Il te donnera encore", en revanche, permet à un homme de connaître l'avancement par ses forces propres (6) de connaître l'élévation, sur le chemin de la vie, à la mesure de ses capacités personnelles. Un tel homme se trouve de cette façon, libéré, en un seul instant, de toutes ses limites et il peut ainsi bondir vers les sommets les plus hauts (7). Telle est la voie de celui qui accède à la Techouva, dans son service du Créateur (8). Celui-ci saisit l'influence que le Saint béni soit-Il lui accorde (9) et, par ses forces propres, il brise tous les obstacles moraux, avec une formidable puissance (10).

C'est le sens de cette double bénédiction qu'Its'hak accorda à Yaakov, "Il te donnera", le Saint béni soit-Il t'accordera la possibilité de Le servir, grâce aux forces célestes qu'Il t'insuffle (11), "et, Il te donnera encore", Il te viendra en aide pour que tu Le serves par tes forces propres (12).

(1) C'est la bénédiction qu'Its'hak accorde à Yaakov

(2) C'est ainsi que Rachi justifie le : "et" de coordination, par lequel ce verset est introduit.

(3) Dès lors que c'est Dieu Lui-même Qui l'accorde.

(4) Inhérentes à sa présence dans ce monde.

(5) En effet, il n'évolue que dans le domaine du bien, il ne fait pas de mal et il n'a pas de passé à transformer. La limite ne fait donc pas obstacle à son servi ce de Dieu et, de ce fait, il n'éprouve pas le besoin de la quitter.

(6) Non pas uniquement par la révélation céleste.

(7) Des lors que le moteur de son avancement est son propre effort.

(8) Par opposition au premier don, qui concerne plus spécifiquement les Tsaddikim.

(9) En se référant à son passé.

(10) Dès lors, il se libère de toutes les limites.

(11) A l'image du Tsaddik.

(12) A l'image de celui qui est parvenu à la Techouva.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Que la lumière soit (Discours du Rabbi Likouteï Si'hot, tome 10, page 7) Le verset Béréchit 1, 3 dit : « Et, Dieu dit que la lumière soit et la lumière fut (1) ». La Torah établit ainsi qu'avant l'app

Ne pas voir le mal (Discours du Rabbi, Likoutei Si hot, tome 10, page 24) Le verset Noa'h 9, 23 dit que : "Chem Et Yephet (1) prirent le vêtement, le placèrent sur leurs deux épaules, marchèrent à rec

La descente pour l'élévation (Discours du Rabbi, Likouter Si'hot, tome 5, page 57) Le verset Le'h Le'ha 12, 1 dit que : "l'Eternel déclara à Avram : Va-t'en pour toi de ton pays, de ta patrie et de la