Kedochim - Sanctification

Sanctification

(Discours du Rabbi, Likouteï Si'hot, tome 1, page 256)

Le verset Kedochim 20, 7 dit que : «vous vous sanctifierez et vous serez saints, car Je suis l'Eternel votre Dieu». Cette Injonction souligne qu’un Juif doit se purifier et se sanctifier, en tout ce qui le concerne, à titre personnel, y compris quand il mange, quand il boit, quand il dort, quand il se promène, quand il fait du commerce. En tout ce qu’il accomplit, il est saint (1).


Ainsi, les activités profanes d’un Juif, qui, en apparence sont totalement indépendantes de la sainteté, doivent également être pures. En toute chose, un Juif doit susciter la prise de conscience de l’omniprésence de Dieu, ainsi qu’il est écrit : «En toutes tes voies, connais-Le (2)» et : «toutes tes actions seront pour le Nom de D.ieu (3)».

Cette sanctification (4) présente une qualité que la pratique des Mitsvot elle-même n’a pas. En effet, quand un Juif «se sanctifie en ce qui est permis», il affine et élève les objets permis, tout ce qui le concerne, à titre personnel, qu’il intègre ainsi au domaine de la sainteté (5).

C’est de cette façon que l’on révèle la Lumière infinie de Dieu, qui n’a pas un domaine spécifique, mais peut se révéler en tout (6). On supprime ainsi toutes les limites et l’on illumine tous les domaines à la fois. On renonce, de cette façon, à son confort et à ses commodités personnelles, pour se consacrer pleinement au Saint béni soit-Il, sans rien conserver pour sa propre personne. On offre ses propres activités à D.ieu (7).


C’est précisément de cette façon que l’on peut obtenir la délivrance véritable et complète, qui recouvrira le monde entier (8), toute son existence, d’une immense et redoutable lumière. Dès lors, chaque détail de la création proclamera la Divinité.

Alors, le Saint béni soit-Il Lui-même descendra ici-bas et fera de ce monde matériel Sa demeure glorieuse (9). C’est dans ce but que la matière du monde doit être sanctifiée, qu’il est nécessaire de purifier et d’affiner également les objets permis et tout ce qui constitue le monde profane (10).

(1) Chaque acte du quotidien doit donc être intégré au service de D.ieu.

(2) On peut observer la Présence de Dieu en chaque action.

(3) Chaque action, quelle qu’elle soit, participe du service de D.ieu.

(4) Dans les comportements de la vie courante.

(5) Alors que, dans la pratique des Mitsvot, cette élévation est limitée aux objets qui permettent de les mettre en pratique, la laine des Tsitsit et le cuir des Tefillin.

(6) Caractère qui apparaît plus clairement dans les domaines permis.

(7) Bien au-delà de la pratique des Mitsvot.

(8) Sans aucune limite.

(9) Grâce aux accomplissements des Juifs, notamment pendant la période de l'exil.

(10) Afin qu’ils appartiennent également à cette demeure.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence entre les deux sacrifices (Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 32, page 13) Le verset 4, 28 dit : «Ou bien s’il a eu connaissance de la faute qu’il a commise, il apportera son sacri

Double fonction (Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 37, page 1) Le verset Tsav 6, 4 dit que : «le Cohen ôtera ses vêtements et il revêtira d’autres vêtements, il fera sortir la cendre (1) à l’ex

Les deux signes de pureté (Discours du Rabbi, Likouteï Si'hot, tome 1, page 222) Le verset Chemini 11,3 dit : «tous ceux, parmi les animaux, qui ont le sabot fendu, ceux-là, vous les mangerez». La Tor