top of page
  • Whatsapp
  • Facebook
  • Instagram
  • Youtube

Faire un don

Grâce à vos dons, et plus particulièrement cette année, le Beth Habad peut apporter du soutien et des aides aux personnes nécessiteuses. La tsedaka est une notion fondamentale dans la vie d'un bné Israel et révèle tout le degré de connexion avec son créateur.

Associez-vous à nous dans cette mitsva pour apporter une nouvelle dimension dans la vie communautaire.

Admour Hazaken.jpg

TANYA

Likoutei Amarim

Ecrite par Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi (1745-1812), fondateur et premier Rabbi de ‘Habad-Loubavitch, le Tanya est l'oeuvre principale de la 'hassidout Habad.

Texture de pierre
Livres de prière en hébreu

MAASSER

Le secret de la mitsva

Nous avons un commandement qui est de prélever la première dîme annuellement à partir de l’année de l’ensemencement et de la donner aux Lévites.

Peinture abstraite
16387419_410353479308849_2368283818863950800_n.jpg

VERIFICATION

Téfilines & Mezouzot

Vous pouvez faire vérifier vos téfilines et mezzouzot dans nos centres prévus à cet effet aux Beth Habad de Vincennes et de S.Mandé.

le sable
0X4A8084.jpg

JOURNEE D'ETUDE

Dédiez une journée

Vous avez la possibilité de dédier une journée d'étude à la Yeshiva pour l'élévation d'une âme, la réussite spirituelle et matérielle ou d'autres demandes spécifiques. 

La vie communautaire Vincennes - S.Mandé

Les synagogues et écoles

Les restaurants et épiceries

Huile sur toile
0X4A7300.jpg

MIKVE

Horaires et rendez-vous

3 mikvé sont à votre disposition, homme, femme et vaisselle. Retrouvez toutes les informations et disponibilités pour vous y rendre.

Texture de pierre
97.jpg

'HAGUIM

S'acquitter des mitsvot

Les Institutions Habad Loubavitch de Vincennes - S.Mandé vous permet d'accomplir les mitsvot de chaque fête sur place ou en ligne en toute simplicité.

Les Institutions Loubavitch de Vincennes - S.Mandé

1300m2 d'éducation juive à Vincennes

Une crèche de 36 berceaux à S.Mandé

+ de 4000 familles en contact avec nos institutions

350 élèves ont étudiés à la yechiva depuis 17 ans

f74db375-ef2f-460a-b545-08581b0f11d2.JPG

Une bibliothèque de + de 6000 livres

31349651_620656384945223_9200488382497047513_n.jpg

Une antenne à S.Mandé de 400m2

3 mikvaot

+ de 200 hommes fréquentant le mikve homme ouvert 24/7

+ de 300 femmes fréquentant le mikve femmes dans l'année

+ de 50 personnes utilisent le mikve vaisselle tous les mois

+ de 700 vérifications de téfilines et mezouzot chaque année

130 repas pour les enfants des écoles laïques servis tous les jours

+ de 250 enfants au centre aéré

4 centres aérés par an

11 classes de Talmud Torah chaque semaine

+ de 180 enfants dans les kinous des enfants

28870973_597682873909241_4941549696977823216_n.jpg

+ de 200 femmes dans les soirées de neichei oubenot habad

+ de 60 femmes au voyage chez le Rabbi

+ de 250 personnes à l'office du Chabbat matin

1-DSCF8444.jpg

+ de 300 cours de Torah dispensés chaque mois 

100 cours spécial jeune

180 magasins et bureaux visités par les élèves de la yechiva chaque semaine

+ de 200 sonneries du chofar dans les rues de vincennes et s.mandé pour Roch Hachana

180 personnes à chaque allumage public à 'Hanouka avec 5000 beignets distribués

Des lectures de meguila toutes les 30 minutes pendant les 24h de Pourim

6 voyages organisés par an, hommes, femmes, jeunes filles et adolescents

250 kilos de matsa chmoura distribués la veille de Pessa'h

+ de 20 mariages célébrés par le Beth Din chaque année et 60 certificats de judaïcité

Tous les jours à vos côtés

Halakha

Questions fréquentes

  • Jusqu’à quelle heure peut-on mettre les Téfilines ?
    Tout d'abord sachez qu'il est interdit de mettre les Téfilines la nuit. Choul'han 'Aroukh, chapitre 30, Halakha 2. Il faut attendre un certaine durée après que l'aube ('Alot Hacha'har) soit passée mais il n'est pas nécessaire d'attendre que le soleil se soit levé (Nets Ha'hama). Le plus simple est de consulter les horaires précis figurant dans la plupart des calendriers. Mettre ses Téfilines répond donc à un calcul du temps qui varie selon les saisons de l'année. Ici nous nous concentrons sur la mitsva des Téfinilines et non pas sur celle de récitation du Chema Israel qui correspond à d'autres halakhot. Dès que le moment du coucher du soleil (Chki'a) est arrivé, il est interdit de les mettre sauf en cas de force majeure s'il nous a été impossible de les mettre auparavant. De nombreux décisionnaires pensent qu'une fois l'heure de la Chki'a passée, on ne fait pas de Brakha avant de les mettre. Cependant, d'après certains décisionnaires, cela est possible. Les horaires de la Chki'a figurent dans la plupart des calendriers. Nous vous invitons à consulter notre page dédiée aux halakhot pour trouver plus de détails.
  • Jusqu’à quelle heure peut-on prier l’office de Min’ha ?
    Afin de répondre, nous allons faire mention de la notion de « Chéki’att Ha-‘Hama » (le coucher du soleil) qui apparait dans les calendriers en tout endroit (sous le terme « Chki’a »). Il est enseigné dans la Guémara, traité Béra’hott (29b): Rabbi Yo’hanan dit : Il est une Mitsva de prier avec les derniers rayons du soleil. Cela signifie que selon Rabbi Yo’hanan, il est très bon de prier l’office de Min’ha en même temps que le coucher du soleil. Mais la Guémara rapporte qu’en Erets Israël, on critiquait celui qui prie à un moment trop proche du coucher du soleil, car il pourrait se produire un événement majeure empêchant la personne de prier, et qui lui causerait de perdre totalement l’office. Il ressort donc des propos de la Guémara qu’il faut avancer le moment de l’office de Min’ha largement avant le coucher du soleil, et ne pas attendre juste avant le coucher du soleil pour prier. Ceci est pourtant en opposition à l’usage répandu dans de nombreuses synagogues où l’on prie l’office de Min’ha juste avant le coucher du soleil véritablement, et l’on enchaîne ensuite avec l’office de ‘Arvit. C’est également l’usage de nombreuses femmes vertueuses, qui prient l’office de Min’ha juste avant le coucher du soleil. Même notre maitre le ARI zal avait toujours l’usage de prier juste avant le coucher le soleil, et ensuite il priait l’office de ‘Arvit. L’usage de notre maitre le ARI zal est donc lui aussi en contradiction avec les propos de la Guémara. Le Gaon Rabbénou Yossef ‘HAÏM z.ts.l écrit dans son livre Ben Ich ‘Haï (Ki Tissa) que si notre maitre le ARI zal ne se montrait pas vigilant vis-à-vis des propos des sages d’Erets Israël cités dans la Guémara, c’est parce qu’ils n’ont seulement dit qu’il fallait veiller à ne pas prier à un moment proche du coucher du soleil par crainte de perdre l’office de Min’ha. Mais notre saint maitre le ARI zal avait un Minyan personnel chez lui, qui priait avec lui chaque jour en permanence, et puisqu’ils attendaient ce moment précis, il n’y avait donc pas de crainte qu’ils négligent et qu’ils ne prient pas. Selon cela, il est donc interdit - selon l’avis du Gaon auteur du Ben Ich ‘Haï – de prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil. Il faut prier à un moment plus tôt. Seul notre maitre le ARI zal – qui possédait un Minyan personnel à cet effet – était autorisé à prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil. Cependant, dans son livre Halichott ‘Olam (vol.1 page 248), notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l émet une remarque sur les propos du Ben Ich ‘Haï, car les propos de la Guémara ne font pas de différence entre les différents types de personnes, et selon la Guémara, il serait interdit à quiconque et dans n’importe quelle situation de prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil. MARAN explique dans le Beit Yossef (chap.232) au nom de l’auteur du Hagahott Maïmoni que lorsque la Guémara cite la critique des sages d’Erets Israël envers celui qui prie avec le coucher du soleil, il s’agit en fait de quelqu’un qui retarde l’office de Min’ha jusqu’au moment précis du coucher du soleil. Mais quelqu’un qui prie avant le coucher du ssoleil, ne serait-ce que quelques minutes avant, n’est absolument pas visé par cette critique. Notre maitre le Rav z.ts.l prouve que même notre maitre le ARI zal ne priait qu’à un moment proche du coucher du soleil, avant le coucher du soleil, et non en même temps que le coucher du soleil, puisque nous savons que notre maitre le ARI zal priait Min’ha avec les Téfilin (les Téfilin de « Chimoucha Rabba »). Or, il veillait particulièrement à retirer les Téfilin avant le coucher du soleil. Il est donc certain que si le ARI zal priait Min’ha à une heure tardive, il s’agit en fait d’un moment proche du coucher du soleil et non au moment précis du coucher du soleil. Selon cela, lorsque la Guémara affirme qu’il ne faut pas prier Min’ha à une heure tardive, il s‘agit de l’heure précise du coucher du soleil. L’usage répandu dans les synagogues, ainsi que l’usage de notre maitre le ARI zal, de prier Min’ha à une heure tardive, correspond à un moment proche du coucher du soleil, même de quelques minutes, et il n’y a donc pas la moindre crainte sur ce point. Par conséquent, sur le plan pratique, il est permis de prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil, avant le coucher du soleil, comme tel est l’usage dans de nombreuses synagogues, et comme tel est l’usage de femmes vertueuses. Mais il ne faut pas repousser l’office de Min’ha au-delà du coucher du soleil, par crainte de perdre totalement la prière. Si à postériori (Bédi’avad) quelqu’un a malgré tout dépassé le coucher du soleil sans avoir prié Min’ha, il peut encore le faire jusqu’au moment de la sortie des étoiles (« Tsett Ha-Ko’havim »).
bottom of page